Astrologie Mondiale (Pratique)

Présentation Articles Publications Imagerie Liens

 

POURSUITE  DE  LA  CRISE  MONDIALE  DE  2010

 

Avant d’en venir à ses prochaines étapes, un retour-arrière s’impose pour contrôler ce qu’il advînt du fameux alignement planétaire Vénus-Mars-Jupiter-Saturne-Uranus de fin-juillet/début-août, présenté dans « Chronique de la crise 2010 » (28 avril dernier), et annoncé comme relance de la crise-économique-monétaire européenne, sinon comme « risque d’accompagnement de perturbations géophysiques plus ou moins exceptionnelles ».

C’est cette dernière version qui prévalut avec, battant leur plein entre le 25 juillet et le 15 août, les incendies en Russie et les inondations au Pakistan. Pour la Russie, avec un été de 40° de température persistant, canicule historique, Moscou suffoquant, le ravage du feu survenu est estimé comme la plus grande crise écologique de son histoire : plusieurs centaines de milliers d’ hectares brûlés sur 600 foyers d’incendie  et de grandes étendues réduites en tourbières, en un air infecté d’épais nuages de fumée (Saint-Pétersbourg contaminé). 5800 décès, plusieurs milliers de villages comprenant 50 000 maisons entièrement détruits, outre 3 millions de sinistrés – du jamais vu – à quoi s’ajoute une explosion des prix du blé et de l’alimentation de viande animale ! Quant au naufrage du Pakistan, il apparaît encore plus dramatique en provoquant l’exode fantastique d’un pays au quart de son étendue sous les eaux : 10 millions de réfugiés avec des milliers d’enfants perdus, 14 millions de sinistrés selon l’ONU, 1600 morts, 1500 disparus, outre encore  les récoltes (riz, tabac …) détruites et une agriculture complètement ravagée. Bref, catastrophe humanitaire sans précédent pour ce pays. Il faut encore ajouter un déluge en Chine (23/29 juin) sur 11 provinces : 3,8 millions d’habitants déplacés, 75 000 foyers détruits avec centaines de décès. Et même, autour du 9/10 août, un ensemble d’inondations à la fois en Chine (de nouveau), en Inde et en Europe, frappant Polonais, Allemands et Tchèques ! Si l’on ajoute encore un affrontement militaire Israël-Liban le 4 août, on ne peut dire que l’alignement des cinq planètes dont on pouvait craindre beaucoup soit passé inaperçu … Les astrophysiciens qui se moquent des alignements planétaires sont-ils aveuglés à ce point ?

Lorsque, à son tour, le Soleil s’aligna sur le trio Jupiter-Saturne-Uranus dans la troisième décade de septembre apparut le déficit de la situation économique de l’Irlande (avec, le 4 octobre, une « marée rouge » en Hongrie menaçant le Danube). Onde de choc aboutissant à l’éclatement de la crise irlandaise au G20 du 12 novembre et suivie d’une mise au point d’un traitement en perfusion du pays aux abois,  le Portugal à son tour, en agitation publique, passant en cette fin-novembre sur la sellette.

Nous entrons d’ailleurs maintenant dans la phase critique d’un mois de décembre redoutable, avec, entre le 5 et le 15, un stationnement de Mercure en conjonction (1° d’orbe) de Pluton sur l’axe des nœuds, Mars y effectuant sa propre conjonction au milieu du mois, et tandis que le Soleil frappera d’un carré la conjonction Jupiter-Uranus, avant qu’il passe à son tour sur Pluton à la fin du mois.

Ici même, l’on en reste également à s’interroger si c’est le monde géophysique qui risque d’être frappé ou s’il s’agit de la société mondiale. Mais ce qui se trame déjà en cette fin novembre incite à croire que c’est bien plutôt un rebondissement de cette crise de 2010 qu’il faut craindre. La configuration générale active plusieurs cycles. La conjonction Jupiter-Uranus qui entre en scène avant de donner son plein en juin 2011, ainsi que l’opposition Saturne-Uranus  (revenant à 6° d’orbe au même mois, son « effet » n’est donc pas fini) concernent précisément l’économie mondiale dans tout son état d’actuel bouleversement de société. Revient aussi à la charge le carré Saturne-Pluton repassant à 4° d’orbe également au milieu de l’année prochaine. Lui est particulièrement sensible la Corée du Nord née à leur conjonction de 1947, qui, au trigone du cycle en 2007, avait consenti à la suspension de ses armes atomiques en se rapprochant de la Corée du Sud, alors qu’elle redevient agressive :  à la conjonction Soleil-Uranus de mars dernier, elle coulait une corvette de sa voisine et le 23 novembre, c’est une volée d’obus qu’elle lui assenait, un porte-avion américain arrivant dans ses eaux de son secteur … On ne peut exclure un éclat de ce côté-là, mais d’autres pays de l’Asie et du Moyen-Orient sont concernés par ce même cycle. Outre que l’accent est mis sur Pluton lui-même, à la résonance duquel vibre le terrorisme : s’il devait y avoir un coup d’éclat de ce type dans un proche avenir, c’est plus particulièrement ici qu’un tel danger pourrait se présenter.

Nous en arrivons à un autre cap critique qui pourrait constituer le sommet de cette première crise mondiale du XXIe siècle. A partir des rencontres du Soleil et de Mars (en sortie de conjonction) avec Neptune à la fin de février 2011 où déjà peut s’éveiller un climat de manifestations collectives, de troubles publics (sinon pourrait se présenter une onde épidémique). Mais surtout du 20 mars au 30 avril 2011 où le Soleil, Mercure et Mars vont passer sur Uranus puis sur Jupiter en opposition de Saturne. Nouveau grand alignement astral - plus particulièrement sensible devant y être le concentré planétaire de la première quinzaine d’avril, voire début du mois - où, ensemble, en Feu-Air, le Soleil s’unit à Jupiter et Mars à Uranus. Nul doute, ici, que c’est la conjonction Jupiter-Uranus elle-même qui donne le ton en un coup d’éclat historique spectaculaire. Derrière elle revient sur la scène l’opposition Jupiter-Saturne porteuse de la spécifique crise européenne. S’ajoute en trio l’intervention de Neptune formant un triangle dissonant par les réceptions d’un semi-carré de Jupiter et d’un sesqui-carré de Saturne. En cette configuration se précise clairement la nature d’un climat faisant envisager une sorte de tornade révolutionnaire européenne : colère du peuple, descentes de rue d’un pays à un autre, conséquence en lassitude du scandaleux et démentiel gouffre atteint entre la richesse éhontée d’une minorité de spéculateurs et la pauvreté dans toute son envahissante misère ! En tout cas, si un pareil éclat, bien naturel, devait survenir devant nous, c’est ici que son explosion se produirait, sauf substitution de perturbations géophysiques  d’un réchauffement climatique pouvant être exceptionnel …

 

Paris le 27 novembre 2010.

haut de page