Astrologie Mondiale
(Pratique)

Présentation Articles Publications Imagerie Liens

 

La crise française de novembre 2005


version audio

En finale du texte traitant « Le cycle Saturne-Neptune », je laissais entrevoir la venue d’une « relève révolutionnaire » avec l’opposition de ces deux planètes, étalée entre août 2006 et juillet 2007.

 

            Si j’avais plus attentivement épluché nos pages d’éphémérides, la possibilité de prémices d’une telle conjoncture à l’entrée de novembre 2005 ne m’aurait pas échappée, tant elle paraissait évidente avec la croix planétaire que nous avons sous les yeux.

 

 

            Certes, l’opposition Soleil-Mars du 7 novembre est une configuration spécifique de flambée vitale. A la précédente de l’été 2003, ce sont les forêts européennes qui s’étaient  embrasées sous une canicule exceptionnelle, laquelle avait fait 10.000 victimes en France. Et elle est généralement convertie en brûlures de l’histoire, c’est-à-dire en  accès de violence, comme à celle d’avant, de l’été 2001, où s’était préparé l’attentat historique du 11 septembre à New York. On peut donc comprendre que des esprits allaient s’échauffer autour de cet alignement martien. Et à plus forte raison parce que cette opposition se croisait (quatre carrés groupés) avec une opposition Saturne-Neptune arrivée à 3° d’orbe, celle-ci donnant toutefois son style au déchaînement de la violence, c’est-à-dire le sens de l’histoire.

 

            Le 27 octobre, à Clichy-sous-Bois en banlieue parisienne, éclatait une révolte de jeunes des quartiers populaires, qui allait aussitôt se propager, jusqu’à s’étendre aux provinces et à de nombreuses grandes villes, embrassant l’ensemble du pays. Jusqu’au recours à l’état d’urgence et à l’instauration de couvre-feux le 10 novembre. Une vingtaine de jours qui ont ébranlé la France (la comparaison a été faite avec mai 68), cette guérilla urbaine laissant sept mille voitures incendiées, outre des bus et bâtiments publics détruits, avec de nombreuses arrestations, sans mort.

 

            Explosion du désespoir, ces émeutes d’une génération de jeunes des quartiers défavorisés de notre pays inaugurent effectivement une « relève révolutionnaire », « nouvelle version explosive du dangereux divorce entre la pauvreté et la richesse ».

 

            Il reste à se demander pourquoi la France a été l’objet de la localisation géographique de ce déchaînement populaire. La réponse est que notre pays a raté l’intégration nationale de la population de ses ressortissants de l’Union française, ce qui est devenu patent depuis l’affaire du foulard islamique, alors que Pluton transitait le Saturne à 20° du Sagittaire (probablement en IX) de la Ve République. Or, en cette fin d’année 2005 se superposait un semi-carré Jupiter-Pluton sur le semi-carré de la conjonction Jupiter-Neptune (3°-5° du Scorpion) à ce même Saturne de Marianne V. Face à ce qui est arrivé, cette configuration est limpide.

             

            Ce qui est arrivé là, ne serait-ce pas un avertissement de ce qui pourrait surgir, en grand cette fois, par exemple à l’échelle européenne, à l’opposition Saturne-Neptune ? D’autant que va s’y joindre Jupiter par double carré à ses deux pôles. On assistera d’abord au glissement d’un furtif carré Jupiter-Saturne (sensibilisation européenne) en décembre 2005, hors du champ neptunien. Puis à l’installation, hors du champ saturnien,  d’un carré Jupiter-Neptune (sensibilisation onusienne, française) de janvier à avril 2006, avec localisation possible au passage solaire de la première décade de février. C’est ensuite le retour en force du trio rassemblé qui se profile sur août-septembre-octobre 2006. Les temps de pointe pourraient se situer au passage marsien de  fin juin-début juillet, au passage solaire de la première quinzaine d’août (surtout à la pleine lune du 9), à ceux de Mercure et Vénus de la troisième décade d’août, et aux apports d’aspect de Mercure-Mars-Soleil de la seconde quinzaine de septembre. C’est en ces temps que l’on peut le plus être exposé à la colère populaire, l’opposition en question devant être désamorcée avec ses harmoniques jupitériennes de 2007.

 

Paris, 22 novembre 2005.

 

Nota : De fait, sous la conjonction Soleil-Neptune du 6 février dernier s’est levée une haute marée de manifestations populaires, dans les pays musulmans indignés par des caricatures danoises de Mahomet, un fanatisme religieux des uns renvoyant à une liberté d’expression avilissante et irresponsable des autres. On est donc bien dans une année d’agitation collective dont les remous peuvent beaucoup troubler le climat mondial, chacun devant en avoir conscience.

 

Paris le 8 février 2006.

haut de page