Astrologie Mondiale
(Théorie)

Présentation Articles Publications Imagerie Liens

 

Les épicycles de Vénus

Cette scène du Calendrier des bergers (1493) ne pouvait être mieux commentée que par ce texte de Morin de Villefranche – XXVe livre de son Astrologia Gallica (1661) – se rapportant à la bénéficité de Vénus, lorsqu’elle est maîtresse d’une constitution universelle (ingrès, lunaison …) :

 

Vénus, seul dominateur, produit généralement les mêmes effets que Jupiter, mais avec plus de douceur. La Gloire, les Honneurs, la Joie atteindront les Humains. Ceux-ci contracteront d’heureux mariages favorisés de nombreux enfants. Toutes les entreprises prospéreront, la Santé s’améliorera et la conduite de la Vie sera simple, pure et pieuse. La redevance due aux institutions Sacrées leur sera payée. L’harmonie subsistera entre les Princes et leurs sujets …

 

 

J’imagine le lecteur déjà familiarisé avec la cosmologie élémentaire au point de ne pas avoir à lui faire de dessin. Il lui suffit qu’il pose un point central où il mette le Soleil, qu’il trace autour de celui-ci un premier cercle représentant l’orbite de Vénus, puis un cercle plus large plaçant l’orbite de la Terre. Dans le cadre du cycle Soleil-Vénus (de 19 mois à 8 ans), la planète est en conjonction de l’astre central lorsqu’il y a alignement avec notre globe, les trois astres pouvant être réunis par la même droite. Deux cas se présentent : si Vénus est entre la Terre et le Soleil, de notre côté et au plus près de nous, c’est une conjonction inférieure (alignement Terre-Vénus-Soleil). Si, au contraire, elle est à l’autre bout de sa trajectoire circulaire, de l’autre côté du Soleil, c’est une conjonction supérieure (alignement Terre-Soleil-Vénus. Le cas, on le sait,vaut aussi pour Mercure.

 

J’ai demandé à Max Duval de nous représenter graphiquement le phénomène que voici :

 

 

 

On voit Vénus franchir l’écliptique le 29 février 1972 (en haut) et faire son premier passage au point double (w) le 4 mai à la longitude 86° 5 ; sa distance à la  Terre est 0,505 U.A., soit 75.500.000 km environ. Le 27 mai, elle stationne et commence sa rétrogradation ; elle est à 94° 75 et à une distance de 0,353, soit 52.800 000 km. env. Le 17 juin a lieu la conjonction inférieure avec le Soleil (26° Gémeaux) Elle est à sa distance minimale de la Terre : 0,2893 U.A., soit 43 280 000 km env. Le 9 juin, elle stationne pour reprendre son mouvement direct à la longitude 78° 2 et à la distance de 52 800 000 km env. Le 1er août, elle repasse au « point double » (W) et refranchira l’écliptique le 5 octobre.

 

Il en est pour cette boucle comme pour celle de Mars étudiée à notre numéro 15. La tendance vénusienne du phénomène peut s’étendre sur la durée de toute la boucle, allant ici du 4 mai au 1er août, mais elle est surtout active dans la durée de la rétrogradation, ici du 27 mai au 9 juillet, et est à son maximum à la pointe de la conjonction, soit ici autour du 17 juin.

 

La tendance pacifique-constructive-génératrice est plus significative lorsque le Soleil est simultanément en aspect de Vénus et de Jupiter, en triple conjonction ou en relation triangulaire, surtout harmonique.

 

L’observation nous montre que la conjonction Soleil-Vénus supérieure a la même valeur pacifique que la conjonction inférieure. La distance Terre-Vénus, à son maximum et à son minimum,  n’est donc pas le déterminant essentiel et cela rejoint la tradition. Dans l’astrologie phénicienne, les planètes étaient soumises à la puissance du Soleil : Mercure, Vénus et Mars étaient ses assesseurs, transmettant les forces qu’ils recevaient de l’astre central tout puissant, les planètes agissant à leur tour pour transmettre sa puissance. Censorinus prétendait aussi transmettre « la méthode des Chaldéens » en disant que, si nous dépendons des astres, les astres sont eux-mêmes menés par le Soleil. En fait, tout passe par le Soleil et ce qui compte, c’est l’alignement ou le rapport d’aspect de la Terre avec Vénus et Jupiter à travers le Soleil.

 

 

Dans ce nouveau dessin, Max Duval nous montre le parcours de Vénus du 22 juillet 1970 au 5 octobre 1972. Coupant l’écliptique le 22 juillet 1970, elle effectue une conjonction solaire inférieure le 10 novembre 1970 à 17° du Scorpion ; recoupe l’écliptique le 5 mars 1971 et s’engage en direction de la conjonction supérieure, effective le 27 août 1971 à 3° de la Vierge. L’astre se rapproche ensuite de nous  jusqu’à la conjonction inférieure du 17 juin prochain.

 

Max Duval a placé dans la figure les trois autres boucles qui forment ensemble les cinq épicycles de Vénus autour de la Terre. Il s’agit des conjonctions vénusiennes inférieures qui auront lieu le 23 janvier 1974 à 3° du Verseau, , le 27 août 1975 à 3° de la Vierge et le 6 avril 1977 à 16° du Bélier.

 

On remarquera le rythme de ce phénomène astronomique qui reproduit tous les 4 ans les conjonctions inférieures et supérieures presque le même jour de l’année et à la même longitude : 27 août 1971 et 27 août 1975, 9 avril 1973 et 6 avril 1977 …Ce pentagramme scande une géométrie temporelle de l’histoire qui rend d’autant plus probante la corrélation que nous établissons.

 

On peut apprécier, en la circonstance, la symétrie des échelonnements de ces conjonctions vénusiennes qui font revenir des échéances pacifiques tous les 4 ans aux mêmes découpages du calendrier annuel 

 

Février 1946 : première session de l’Assemblée Générale de l’O.N.U. et création d’une Commission de l’énergie atomique. Février 1950 : Création du Pacte sino-soviétique. Février 1954 : Réunion des Quatre Grands à Berlin qui engage sur une Conférence sur la sécurité européenne. Février 1958 : reprise du dialogue Est-Ouest en vue d’une conférence au sommet. Février 1962 : Accords d’Evian mettant fin à la guerre d’Algérie et échange de prisonniers politiques entre Moscou et Washington. Février 1966 : paix indo-pakistanaise de Tachkent et fin de crise au Marché commun. Février 1970 : approche vers la paix entre les deux Allemagne et entre la Chine et les U.S.A. De la même manière que le vent de détente des rencontres Eisenhower- de Gaulle et Eisenhower-Khrouchtchev de début septembre 1959 rejoint la signature de l’accord atomique de Berlin à la mi-août 1963, l’accord historique sur Berlin du 23 août 1971 …

  

L’Astrologue n° 17, 3e trimestre 1972.

haut de page