Astrologie Mondiale (Pratique)

Présentation Articles Publications Imagerie Liens

 

L A N G A G E   A S T R A L

 

 C’est avec éclat que nous venons de célébrer le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin, vécue comme une suprême délivrance. Alors que les deux mondes de l’Est et de l’Ouest, campés face à face en position d’affrontement, risquaient fort de déclencher l’apocalypse, c’est sans un coup de feu, ce 9 novembre 1989, que la détente fit irruption en une immense clameur populaire.

Certes, l’écroulement survenu du bastion berlinois de l’un des deux camps y reçoit sa signature de deuil d’une conjonction Soleil-Pluton, mais dans la conjoncture accompagnatrice d’une conversion pacifique qui ne manque pas d’allure.

 

11 novembre 1918 : armistice de la Première Guerre mondiale. Trigone Soleil-Jupiter.

8 mai 1945 : armistice de la Seconde Guerre mondiale en Europe. Trigone Soleil-Jupiter.

9 novembre 1989 : nouveau trigone Soleil-Jupiter.

Outre que le personnage qui a manifestement le plus contribué à ce passage à la paix, Mikhail Gorbatchev, est né le 2 mars 1931, sous un trigone exact Soleil 10° Poissons – Jupiter 10° Cancer, zodiacalement valorisé ; d’autant que, par superposition jupitérienne, ce trigone compose un triangle équilatéral avec celui du 9 novembre 1989 ! Sans oublier, naturellement, que l’événement voisine avec l’anniversaire de la prise du pouvoir des Soviets en Russie le 8 novembre 1917, son Soleil à 15° du Scorpion composant lui aussi un triangle équilatéral avec le trigone soli-jovien de Gorbatchev, conjoncture  éminemment pacifique d’un soulagement vital profond, même en perspective de défaite !

A cette commémoration est revenu – de Simone Weil à Jean Daniel en passant par Waclav Havel et d’autres encore – l’écho bien connu que personne, absolument personne, n’avait prévu l’événement. S’agissant des milieux politiques, diplomatiques et autres sphères concernées. Mais un tel aveuglement n’aurait-il pas été dissipé pour peu que l’on eût jeté un regard du côté de la prospective astrologique fondée sur le cours des cycles planétaires ?

Jamais celle-ci, des hauteurs de ses majestueuses révolutions astrales aux permanents défilés dans le temps, n’aura ouvert un regard aussi saisissant du processus cosmologique accompagnateur de ce tournant historique. Mieux que tout discours, spectacle symbolique qui parle de lui-même en lettres d’or, voici le panorama des quelques pièces qui livrent ainsi directement, dans son champ configurationnel, la phénoménologie de cette histoire vécue. Devant le gouffre béant d'une aussi manifeste lacune du savoir, comblé ici, que faut-il de plus pour dessiller les mirettes du "bien pensant" préjugé anti-astrologique ?  Pour le reste, consulter « Histoire d’une prévision », « Un bilan prévisionnel », voire « Le cycle Saturne-Neptune ».

 

Paris le 19 novembre 2009.

haut de page