Astrologie Mondiale (Pratique)

Présentation Articles Publications Imagerie Liens

 

RELANCE  DE  LA  CRISE MONDIALE

Daté du 27 novembre précédant, mon texte dernier : « Poursuite de la crise mondiale » donnait rendez-vous à décembre, puis à l’entrée du printemps prochain. La première de ces échéances mérite déjà à elle seule cet examen nouveau.

Il s’agissait des passages de Mercure-Mars-Soleil du carré à Jupiter-Uranus à la conjonction de Pluton, appréhendés, surtout depuis le milieu du mois, en perturbations naturelles et de société.

Décembre fût effectivement chargé de lourdes intempéries : hiver neigeux exceptionnel en Europe occidentale et en Amérique du Nord, inondations considérables en Australie avec 400 000 personnes sinistrées, importants glissements de terrain au Brésil (500 décès), séisme au Chili … Avec, par ailleurs, la crainte d’un attentat sous la conjonction Soleil-Pluton, confirmée par celui survenu aux Cooptes orthodoxes du Caire à leur messe de la Saint-Sylvestre (28 morts, une centaine de blessés). 

Toutefois, l’on attendait surtout un nouvel épisode de cette crise mondiale avec, enfin, l’entrée en scène de la conjonction Jupiter-Uranus. Ce fut le départ de la révolution du monde arabe en Afrique du Nord ! Le 17 décembre, une révolte publique éclatait en Tunisie qui, de jour en jour, allait aboutir au renversement de la dictature de Ben Ali le 14 janvier suivant. Colère populaire faisant des vagues en ébranlant le pouvoir au Yémen, en Jordanie, puis au Bahreïn. A partir du 25 janvier, l’Egypte elle-même était gagnée par la fièvre révolutionnaire d’une population dans la rue qui allait finir par chasser du pouvoir le président Moubarak le 11 février !

Un quadruple cycle saturnien eût pu en permettre la prévision. Ainsi, l’indépendance de l’Egypte fut octroyée le 15 mars 1922 : Saturne était à 5° de la Balance. 30 ans plus tard, la République fut proclamée le 18 juin 1953 : Saturne se posant à 20° de la Balance. Né le 4 mai 1928 (sensibilisé actuellement par son Uranus à 5° du Bélier, ainsi que par son Neptune à 26° du Lion, l’astre passant à 28° du Verseau), Moubarak en était devenu le Président le 6 octobre 1981 : sous conjonction Soleil-Saturne à 12° de la Balance, qu’accompagnait Jupiter à 18° du signe, position sur laquelle a stationné Saturne de mi-janvier à mi-février 2011 !

Plus largement encore se présente un renouveau cyclique significatif : c’est en mars 1929 qu’a été fondée la société des Frères musulmans en Egypte, en sortie de conjonction Jupiter-Uranus à l’entrée du Bélier, mouvement islamiste rejeté par le pouvoir en place. Ce renouvellement redonne des ailes politiques à ce courant comme un re-départ à zéro dont toutefois la qualification nous échappe ; non sans laisser planer l’ombre du carré plutonien à la nouvelle conjonction ; à moins que la modernité du courant de celle-ci ait effet de refoulement de l’ancien, devenu un temps révolu. Au surplus, dans « La crise mondiale de 2010 » (1er janvier 2009), j’avais rappelé la signature de la conjonction Jupiter-Uranus au point vernal de Nietzsche : évocation de Zarathoustra pouvant faire penser, en ce champ de dissonances, au surhomme annonciateur de temps nouveaux, risquant d’ être ici décontenancé par ses propres œuvres, vaincu par lui-même au sommet de sa condition... N’est-ce pas ce que fait craindre ce pourtant si prometteur tournant actuel : aventure du souffle révolutionnaire en appel de liberté de tout une jeunesse africaine ? Ce qui se passe en cette saison dans le monde arabe – vertu du point vernal - inscrit manifestement une page nouvelle de l’histoire du monde !

A cette multi-cyclicité s’ajoute encore un parallèle historique qui relie cette fois étroitement notre conjonction Jupiter-Uranus à celle des jeunes de la tourmente révolutionnaire de 1968, et je ne puis mieux faire que de rappeler ce passage du texte de « Mai 68 » daté du 8 avril 2008 :

«Nous sommes interpelés par le fait qu’à la conjonction Jupiter-Uranus de 1968-1969, à 0°-3° de la Balance (non loin de Pluton), va faire face la prochaine conjonction Jupiter-Uranus de 2010-2011 à 27° Poissons/0° Bélier (en orbe de carré à Pluton). Peut-il exister 42 ans plus tard un processus historique de nature oppositionnelle à la manifestation vitale du cap de 1968 ? Que pourrions-nous déceler ?

Il vient à l’esprit que certains chefs d’Etat qui se sont installés à cette époque et qui, depuis lors, sont toujours en place, puissent subir le sort d’un renversement radical. Destin qui pourrait, dans un tel cas, arriver au colonel  Kadhafi – on ignore sa date de naissance – qui s’est emparé du pouvoir en Libye le 8 septembre 1969, alors que Pluton, Uranus et Jupiter étaient à 24° de la Vierge, 3° et 9° de la Balance. D’autant plus que Saturne va passer sur l’emplacement de la conjonction de 68-69. Il y a là, pour ce pays ,le passage probable par une nouvelle tranche d’histoire. »

 

Processus historique de nature oppositionnelle ici, mais aussi répétitif d’un semblable de nature jovi-urano-plutonienne où s’ébranle un véritable effondrement de société à reconstruire. S’ajoute même encore  ce passage de « La crise mondiale de 2010 » où j’inaugurais ainsi l’avant-dernier chapitre consacré au carré Uranus-Pluton» :

« … un intérêt particulier peut être porté à l’Arabie Saoudite dont le royaume a été fondé le 22 septembre 1932, au temps du précédent carré Uranus-Pluton et alors que le Soleil à 29° de la Vierge va subir l’impact direct de la conjonction Jupiter-Uranus. Cette mixture est-elle un signal fort de troubles nationaux, de danger pour la monarchie, ou simplement d’une plongée profonde dans une crise économique ? Mais il n’y a nul besoin de faire des sacrifices à Apollon et aux muses pour deviner que bien des régimes seront ébranlés ».

Et pour finir, ce qu’il ne fallait pas manquer, c’était d’exprimer dans le texte précédant  du 27 novembre: «Poursuite de la crise mondiale de 2010 », la perspective d’une vague neptunienne venant de l’astre triangulé à la  nouvelle opposition Jupiter et Saturne, en coup d’éclat historique : «En cette configuration se précise clairement la nature d’un climat faisant envisager une sorte de tornade révolutionnaire européenne (…), colère du peuple, descentes de rue d’un pays à un autre … ».  Certes, c’est dès les dissonances de décembre-janvier que ce mouvement populaire s’est ébranlé, et en outre ailleurs qu’en Europe ; néanmoins avais-je épinglé le tournant du passage de la conjonction Soleil-Mars sur Neptune de la seconde quinzaine de février comme son temps le plus significatif, ce qui allait être l’éclatement de la révolution sanglante en Libye.

Bref, on peut définir ce concert d’approches prévisionnelles comme une manière d’avoir tourné autour du pot sans toutefois atteindre le but ; car, tout en attendant de jour en jour la venue de l’inconnu, j’ai, comme tout le monde, été surpris sur le champ par cette tempête populaire, en y reconnaissant toutefois aussitôt ce que j’avais attendu du paysage astral analysé : comme si l’addition d’indices n’avait pas suffi à aboutir au tout historique. En n’étant pourtant nullement étonné par le feu d’artifice de la jeunesse africaine, car ce spectacle rejoignait parfaitement le contenu de la conjonction Jupiter-Uranus, version de « La crise mondiale de 2010 »  : configuration éclatée et comme explosive … climat de guerre civile … secousse révolutionnaire … révolte d’une jeunesse qui se voit sans avenir …

On peut saisir de plus près la constellation de cette révolution africaine et du Proche-Orient en dressant le tableau d’une convergence où se perçoit une condensation astrale aux points cardinaux des ingrès, frappés par le carré de la conjonction Jupiter-Uranus avec Pluton. Restons-en aux pièces maîtresses de ce pudding.

1 – En tête se pointe un Soleil à l’entrée du Bélier qui est celui de l’indépendance de la Tunisie, survenue le 20 mars 1956, célébrée annuellement en fête nationale. C’est en ce pays que l’incendie a éclaté. Et ce Soleil est aligné à l’opposition de Jupiter à 27° de la Vierge, qui est celui de la République tunisienne, proclamée le 25 juillet 1957. C’est donc, plus pleinement, cette opposition nationale qui a été couverte par celle de Saturne à Jupiter-Uranus au long de l’année dernière et jusqu’à maintenant.

 

2 -  En seconde position arrive l’Egypte dont l’acte d’indépendance du 14 mars 1922 pose une opposition Vénus-Saturne de 2° du Bélier à 5° de la Balance, face-à-face également couvert par la même opposition de ces derniers mois. Au surplus, à la proclamation de sa République, le 18 juin 1953, une conjonction Soleil-Mars fin-Gémeaux/entrée-Cancer reçoit le carré de la conjonction Jupiter-Uranus et l’opposition de Pluton.

 

3 -  Passant par-dessus les petits Etats encore actuellement en ébullition, venons-en à la Libye, radicalement concernée et frappée de plein fouet par l’opposition que fait la conjonction jovi-uranienne actuelle à celle de sa République fondée aux premiers jours de septembre 1969, où, devant Pluton à 24° de la Vierge, Uranus, Mercure et Jupiter se positionnent de 2° à 8° de la Balance. Ici se comprend le choc frontal actuel du régime de Kadhafi avec la population libyenne en état de guerre civile, tragédie d’une fin de règne.

 

4 – A distance de ces chambardements, nul doute, pourtant, que leurs secousses vont  frapper le royaume d’Arabie Saoudite, créé le 22 septembre 1932. malgré la stabilité du trigone de son Soleil 29° Vierge à Saturne 28° Capricorne et la force du sextil de Mars à l’entrée du Lion. Une remise en question de son autorité royale – atteinte solaire - dans le monde arabe s’annonce, comme un déclin de son règne.

 

5 – L’Iran, quant à lui, peut aussi vivre un passage critique, parce qu’à la naissance de la République islamique , le 1er février 1979 à 9 heures 33, la Lune à 7° du Bélier, à l’AS, est opposée à Pluton à 12° de la Balance, lequel y culmine actuellement. Certes, cela peut se manifester autrement, mais s’il devait arriver que ce pays doive entrer à son tour dans la tourmente, ce pourrait être alors au passage du Soleil et de Mars sur la conjonction Jupiter-Uranus, autour de la première quinzaine d’avril. Episode dangereux, de toute façon.

 

D’autres pays de la région peuvent aussi être affectés par des configurations étrangères. Ainsi, à sa déclaration d’indépendance du 5 juillet 1962, l’Algérie porte la signature d’une dissonance où le Soleil à 12° du Cancer se triangule en semi-carrés à un carré de Mars  (28° du Taureau) à Saturne (28° du Lion). Tandis que Neptune est à 28° du Verseau ! A son passage à 12° du Bélier - alors sous opposition de Saturne et semi-carré de Neptune -  Jupiter ne peut que souffler sur la braise, et cela pourrait être observable en particulier autour de la flambante conjonction Soleil-Jupiter du 6 avril, sinon de la conjonction Mars-Jupiter du milieu du mois : danger d’explosion !

 

Nous approchons donc du cœur de la finale de cette « crise mondiale de 2010 ». Déjà, derrière Mercure y passant du 9 au 18 mars, le Soleil va rencontrer Uranus le 21 mars, puis il va franchir l’opposition Jupiter-Saturne du 4 au 6 avril. Après le drame libyen, ces configurations pourraient contribuer à jouer les prolongations révolutionnaires, condamnant d’autres pays, sinon passant à leurs conséquences d’un ordre  nouveau. C’est donc en avril que son feu d’artifice pourrait battre son plein, en particulier dans la première décade du mois où Mars passe en conjonction d’Uranus pendant que le Soleil franchit l’opposition Jupiter-Saturne : ultime flamboiement !

Ici revient sur le tapis l’opposition Jupiter-Saturne qui tend a affecter spécifiquement notre continent. J’ai commis l’erreur de croire que la vague neptunienne allait le toucher en « tornade révolutionnaire européenne ». Certes,  on ne peut pas exclure que notre population se mette à bouger à son tour., mais il paraît plus plausible de percevoir la configuration du triangle jovi-saturno-neptunien en retombée du chambardement arabe actuel sur notre continent, par exemple en vagues migratoires de populations nouvelles, comme cela se présente déjà.. Sinon, bien plutôt, en douloureuse relance de crise économique résultant d’une nouvelle flambée du pétrole …

Pour revenir au carré Saturne-Pluton qui sera encore à 4° d’orbe en juin prochain, dans mon texte initial : « La crise mondiale de 2010 », j’incriminais la Chine communiste (1er octobre 1947) au Soleil à 7° de la Balance, qui peut alors déjà vivre sa crise personnelle : n’est-elle pas menacée elle-même d’une tourmente révolutionnaire ? Je craignais un danger du côté de la Corée du Nord, pour l’instant calmée. De même avec Israël, pour lequel j’avais craint le retour  d’une tempête guerrière. Or, ce devait être tout ce remue-ménage révolutionnaire qui repositionne ce pays dans un environnement arabe nouveau ressenti avec inquiétude, dans une insécurité accrue. Le pauvre sextil Saturne-Pluton à venir ne fait pas le poids pour une solution de paix que les deux parties ont aggravée et dont l’espoir paraît lointain, sans doute pas avant la conjonction jovi-saturno-plutonienne de 2020 ….

Reste aussi l’inconnu du terrain d’élection du phénomène astral : que la foudre jovi-uranienne puisse s’abattre carrément sur la nature elle-même, ainsi que cela s’est passé aux alignements planétaires de l’année dernière, avec l’éruption du volcan irlandais Eyjafjöll, les incendies en Russie et les inondations au Pakistan. En finale du texte de « La crise mondiale de 2010 », j’ai évoqué l’ordre d’une telle manifestation :

« Encore faut-il ajouter que la nature elle-même s’en mêle en matière de dérèglements climatiques, avec le concours du cycle Jupiter-Uranus. Déjà, 1982-1983 avaient été considérés comme l’ »El-Nino » du siècle par sa surchauffe. Et 1997 est entrée dans les annales comme l’année la plus chaude du XXe siècle… «.

Un troisième record du genre aurait été atteint en 2010, avec ses conséquences dévastatrices.

Comme on le voit, c’est en aveugle sinon à tâtons que nous approchons du futur, et dans l’espoir d’apprendre à le toucher de mieux en mieux – par nécessité en s’y entraînant - acceptons-nous comme tels, modestement, plutôt que, dans l’immobilité, de croiser les bras en se fuyant soi-même.

 

Paris le 6° Poissons 2011.

 

haut de page